Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

jeudi 4 janvier 2018

De l'indigo et tout plein d'autres choses aussi.

Secrets concernant les arts et métiers           


Il vous est peut être arrivé de trouver un livre dont les pages ont une teinte bleue/verte plus ou moins prononcée.
Au moment où le papier se faisait encore avec des chiffes teintées au bleu ...

Prétexte à aller chercher dans ce livre un secret ou deux sur les couleurs et leurs préparations.
De là, se dire que la porosité entre les métiers artisanaux devait être grande pour que certains artisans relieurs à l'esprit d'invention, d'innovation et de nouveautés toujours renouvelées, faisant d'eux les premiers du marché de leurs temps ... a permis de nous donner des papiers marbrés aux couleurs éclatantes.

Mais aussi que la mode du faux marbre au 17 ème et 18 ème siècle était un must de la société des châteaux, les maisons bourgeoises et les églises ... de quoi imiter et assortir, décorer, dans le même esprit, les livres.

http://journals.openedition.org/crcv/13643

https://archive.org/details/secretsconcernan02brus


La cohésion d'une époque: le décor des livres est aussi un reflet de ce qui faisait de mieux en architecture, en décor, en tissus et étoffes.

Comme si on prenait le livre à part de son contexte, sans voir qu'il se confondait avec les styles tout en harmonie.





Les papiers ont tous des noms.
On sait par exemple qu'un format raisin est, à l'origine, une forme pour faire le papier avec une certaine dimension, fabriquée par le formaire, pour un papetier qui définit sa marque par un filigrane :
Le format raisin est un papier de 55 par 60, encore aujourd'hui, qui a peu évolué à quelques centimètres près avec une grappe de raisin.
Le carré, un carré.
L'écu, un écu.







Mais pourquoi les marbrés ont des noms dont on ne retrouve pas la trace?
Un persillé veiné est un papier qui fait comme la tête de veau persillée ...

Mais Un coulé fumé Saint Anne?
Sainte Anne avait-elle fumé et coulé par la suite?

On trouve peu de littérature sur ce sujet et celle qu'on trouve sur le net est protégée.

Et le Stormont ... ?
Quelques explications ici ou là, mais pas vraiment de preuves marquantes.
Les artisans d'alors ne ressentaient probablement pas la nécessité de conserver quelques traces de leurs inventions avec des noms et les noms ont probablement été donnés plus tard.
Dans le Roret , encyclopédie référence pour tous nos métiers .... pas de trace de Stormont.

http://cool.conservation-us.org/don/dt/dt3351.html

https://content.lib.washington.edu/dpweb/patterns.html

https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000157956



Une très belle bibliographie sur le papier et autour.
http://www.bnf.fr/documents/biblio_papier.pdf



A suivre .....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.
Adhérez au blog pour les éditer!
Les commentaires anonymes sont supprimés, je ne donne pas de prix par mail anonyme, ni ne fait de devis!
Vous trouvez mes coordonnées là:
http://www.restaurationlivreatroo.fr/

Améliorations, suggestions interrogations, je réponds !