Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

dimanche 10 décembre 2017

Traité des bibliothèques - 2.

















Traité des bibliothèques - 1.


Nouvelles de la République des lettres
Par Pierre Bayle

Traité des plus belles bibliothèques de l'Europe [...] par le sieur Le Gallois. Paris, E. Michallet 1680 [16°, viii-236 p.]; 1685 [12°, 240 p.].

Le Gallois Pierre, 1632-1707,  était le gardien de la bibliothèque du roi Louis XV,  et membre de l'Académie des sciences.http://livresanciens-tarascon.blogspot.fr/2011/10/causerie-du-lundi-de-philippe-gandillet.html




http://worldcat.org/identities/lccn-n87863698/

C'est un livre qui a souffert.
Une reliure en demi parchemin et papier marbré quelconque, un titre écrit au Bic ...
Des trous de vers.

Je vais vous le décrire en mots avant de donner des photos,
faites un effort pour imaginer ce que ce livre a subi comme mauvais traitements avant d'arriver ici, à Trôo, dans l'atelier d'un relieur, énamourée devant ce livre.
Le Livre.
Les pages ont été découpées, allez savoir si c'est parce que tout autour il y avait des traces de moisis pour un papier très mou. Il a été massicoté gravement au ras des blocs textes, certains titres, tout en haut, manquent.
Un ex-libris à l'encre brune.
Il y a numérisé, sur Gallica, une page d'erreur qui manque dans mon exemplaire. Le relieur aura surement trouver inutile cette page de forfaits de typographe étourdi au point de faire manquer des lettres, d'inverser des paginations.

Son format tient dans ma main, dans ma poche.
C'est là le bonheur, je peux me promener partout sans que personne ne soupçonne que, dans ma poche, je tiens, dans ma main, un traité âgé de plusieurs fois cent ans.

De quoi parle-t-il?
C'est un état des bibliothèques en 1680 qui ont existées en Europe en commençant par celles du Monde.
Des hébreux, des chaldéens, des égyptiens, des phéniciens, des arabes.
Des grecs, des romains, des chrétiens au moment du christianisme et dans les temps barbares, d'Italie, d'Espagne, d'Allemagne, des Paîs-Bas, d'Angleterre, et s'en suivent tous les pays du monde avec à la fin "des moyens de composer une bibliothèque".
Les tranches ont été jaspées et la tranchefile est une comète mécanique 19ème.
Il sent le vieux papier.
Et quelques taches brunissant les bords n'enlèvent rien à l'attraction de ce livre.
J'ai dans la poche toutes les bibliothèques du monde en 1680.

Je parcours la page 40.
"été consumées par le feu ...". Déjà le feu atteignait les livres et dérobait au présent du Sieur Le Gallois et à notre futur savoir la liste des livres qu'il était possible de consulter en 1680.

Page 160, une hypothèse est décrite sur la probabilité que "Guttenberg" a pu inventer l'imprimerie avant l'An 1462, date d'impression d'une Bible in folio imprimé par "Faust" .... peut-on imaginer plus délicieux qu'en 1680 "Faust" (Fust), soit l'inventeur de l'imprimerie, plutôt que Gutenberg ... Il n'y a aujourd'hui plus de doutes quant aux attributions de faillite et de création concernant l'invention diabolique ...

Puis, une
Lettre à Monsieur de.
Des moyens de composer une bibliothèque
.

"Il est certain, et tout le monde l'avoue aussi, qu'il n'y a rien de plus honorable, ni qui soit plus digne de louange que d'ériger une bibliothèque" .... Je tombe en pamoison et depuis je garde les dernières lignes que je lis petit à petit, pour ne pas épuiser mon livre et ses idées.
Je ne voudrais pas user le sentiment de la première lecture, le première découverte, la première émotion d'une idée qui vient corréler ce qu'au plus profond de mon âme, je pense.

Il a appartenu à un bibliophile, chercheur et esprit libre, un ex-libris au dos du premier plat.
Yves Giraud était un professeur, ancien doyen de la Faculté de Fribourg - Chaire de littérature - Ecrivain, critique littéraire et spécialiste de la littérature du XVII ème.
3000 volumes composaient sa bibliothèque du XVI et XVII ème siècle, dont 800 volumes anciens datés entre le XVI ème et le XVIII ème siècle.
Un homme qui pose devant sa bibliothèque et dont on devine la finesse d'esprit.
Yves Giraud
https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2008-4-page-579.htm?1=1&DocId=248935&hits=886+885+884+


Comment parler d'un livre sans parler de son dernier propriétaire, comme pour rendre hommage à une personne qui a travaillé avec ce livre.
Je ne changerai pas la reliure.
Rien ne peut défaire le passé d'un livre.



Un autre ex-libris sur la page de titre tout aussi énigmatique me promet d'autres recherches, d'autres voyages imaginaires .... Sur quelles étagères de bibliothèques, ce livre s'est posé siècle après siècle?

C.E.D, Charles seigneur de Drucat ?
Charles de Beauvarlet, seigneur de Drucat.
Il est écuyer et capitaine au régiment royal 1676 .

Ses armoiries correspondent à l'ex-libris sans que cependant je puis dire si la méthode d'impression est aussi âgé que le sieur Beauvarlet ... une coïncidence, une descendance plus surement au 19ème siècle ou un sigle que quelqu'un d'autre identifiera comme connu ou déjà vu.
https://www.armorial.org/produit/66575-beauvarlet_de_drucat.html
 





Procédé de dorure sur tranche.





Du "Dictionnaire technologique ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers et de l'économie industrielle et commerciale: Tim - Typ, Volume 21 - Thomine, 1834".






vendredi 8 décembre 2017

C'est Noël ....




Une autre année se termine ... Un conte pour sacrifier à la tradition des articles avant Noêl.


En 1822, un pasteur new-yorkais du nom de Clément Clarke Moore écrivit un poème mettant en scène un Père Noël entièrement vêtu de rouge, assis dans un traineau tiré par des rennes, avec un sac de jouets toujours plein, et des bas accrochés au-dessus de la cheminée dans l'attente des cadeaux.



Ces images poétiques ont symbolisé Noël pour des générations et des générations d'enfants.
 
Intitulé " A visit from Saint Nicholas " puis publié anonymement dans un journal de l'état de New York, ce poème séduisit immédiatement l'imagination du public. A tel point que le premier vers : " Twas the night before Christmas " prit rapidement la place du titre original.



... La suite là:


http://www4.ac-nancy-metz.fr/ia55/IMG/pdf/Poeme_C_Moore.pdf
 




Source de l'image:
http://litandlife.blogspot.fr/2013/12/a-visit-from-st-nicholas-by-clement.html


 
The Night before Christmas or A Visit from St Nicholas by Clement Clarke Moore, published in New York by McLoughlin Brothers in 1888
McLoughlin Bros Collection

Une brève histoire des McLoughlin Bros.

McLoughlin Bros., Inc. est une société d'édition new-yorkaise qui a été pionnière dans l'utilisation systématique des technologies d'impression couleur dans les livres pour enfants, notamment entre 1858 et 1920.
Ses publications ont permis de populariser des illustrateurs tels que Thomas Nast, Justin H. Howard, Palmer Cox, et Ida Waugh. Les developpements artistiques et commerciaux de la firme ont d'abord été dmis en place par John McLoughlin, Jr. (1827-1905), qui a appris la gravure sur bois et l'impression en travaillant pour Elton & Co. - une entreprise new-yorkaise fondée par son père, John McLoughlin, Sr. et graveur / imprimeur Robert H. Elton. Elton & Co. (actif 1840-1851).
Il a imprimé et publié des livres de jouets, des almanachs comiques et des poémes.
Entre 1850 et 1851, John McLoughlin, Sr. et Robert H. Elton ont pris leur retraite, donnant à John Jr. le contrôle de l'entreprise. (1) Il a commencé à publier des livres d'images sous son propre nom, et a bientôt acquis les blocs d'impression d'Edward Dunigan, un éditeur de livres d'images de New York pour lequel Robert Elton avait exécuté de nombreuses gravures sur bois.

Selon John McLoughlin, dans une rubrique nécrologique de Jr. dans Publishers 'Weekly (6 mai 1905), il fit de son jeune frère Edmund McLoughlin (1833 ou 4-1889) un associé en 1855. Cependant, l'entreprise ne figurait pas sous le nom de McLoughlin Bros à New York dans les annuaires des villes jusqu'en 1858.
Au cours des premières années de ce partenariat, la gamme de produits s'est élargie pour inclure à la production de livres, des jouets et des poupées en papier.

En 1863, l'entreprise a élargi son siège social original au 24 Beekman Street pour y inclure 30 Beekman St. John McLoughlin, Jr. a continuellement expérimenté l'illustration en couleur - en progressant du pochoir à main, au processus mécanique de la gravure sur zinc, de la planographique à la chromolithographie.
À la lumière du développement commercial et créatif de la firme, McLoughlin Bros déménage au 52, rue Greene en mai 1870, puis le bureau principal de New York au 71, rue Duane, en février 1871. (2)
Cette même année, McLoughlin ouvre une imprimerie couleur à South 11th et Berry St. à Brooklyn.
Cette usine emploie jusqu'à 75 artistes et est le site probable de l'expérimentation de l'entreprise avec les techniques de reproduction des couleurs. Dans les années 1880, les livres de McLoughlin présentent régulièrement des titres en format folio, illustrés par des chromolithographies. Un certain nombre de titres sont probablement des éditions "pirates" de livres d'images publiés en Angleterre par des firmes comme George Routledge & Sons.

Après le départ à la retraite d'Edmund McLoughlin en 1885, le bureau de New York fut déménagé plusieurs fois au cours des vingts futures années aux adresses suivantes: 623 Broadway (1886-vers 1892); 874 Broadway (1892-1898); 890 Broadway (1899-v.1920). Le cabinet reçut un nouveau leadership lorsque les fils de John McLoughlin, James G. et Charles rejoignent le cabinet après la retraite d'Edmund. En 1886, l'entreprise a publié une vaste gamme d'articles, y compris des livres bon marché, de grands livres d'images, des livres de lingerie, des puzzles, des jeux et du papier.

Traduction libre de:
http://www.americanantiquarian.org/mcloughlin-bros-collection

http://www.americanantiquarian.org/mcloughlin/001209.pdf





Images populaires.

http://www.lescendres.com/livre/images-populaires


C'est un beau livre qui parle de ce que nous ne connaissons plus.

"Outre un ensemble d’images inédites, le livre rassemble un petit nombre d’images « incunables », méconnues jusqu’à ce jour, et datant du premier seizième siècle. Les productions des villes de Toulouse, du Mans, de Paris, d’Orléans, de Chartres et de Nantes sont particulièrement documentées, celles des villes moins prolixes parfois par une poignée d’images qui sont parmi les seules demeurant d’une production quasi disparue. "
Source:http://www.lescendres.com/livre/images-populaires



C'est le Noêl de l'atelier, tous les ans, un beau livre vient enrichir la bibliothèque professionnelle.

J'y découvre aujourd'hui grâce à ce livre, dès les premières pages, on est happé par l'érudition et la qualité du texte, des images.


                                                          ...........................................


Et je partage avec vous : L'Ymagier.

Un très beau livre pour tous les amoureux des Arts Populaires.




l'Ymagier (Paris)
Gourmont, Remy de (1858-1915). Directeur de publication
Jarry, Alfred (1873-1907). Directeur de publication
publication en série imprimée
octobre 1894  
ark:/12148/bpt6k10656488




 
 
http://www.persee.fr/doc/rvart_0035-1326_1997_num_115_1_348313



http://www.remydegourmont.org/de_rg/oeuvres/ymagier/notice.htm


On entre en bibliophilie: Rémy de Gourmont, Alfred Jarry, Huysmans ... autant de noms qui sonnent aux oreilles des bibliophiles, le 19ème siècle qui déjà mettait à l'honneur ces images imprimées et peut être déjà perdues de vue par la majorité.













































mercredi 29 novembre 2017

Les nouvelles évolutions de la cavalerie française.





On commence par démonter le livres et en prendre des photos de détails et en repérant bien comment il est construit.
Prendre des notes si besoin en plus des photos.
Puis on nettoie page par page en faisant attention avec une gomme très molle et ayant pris soin de voir si l'encre ne part pas ... désastreux sinon.
Si l'encre part, on époussète, c'est tout.
On répare ce qu'il y a à réparer avec du japon et de la tylose ou de la colle de riz.

Ce livre n'ira pas en presse parce que les cuvettes des gravures n'y résisteraient pas.

mardi 28 novembre 2017

Papillon, Papillon, Jean-Michel, 1698-1776

 
 
 
 

 
Vous avez sur l'article de Léo Mabmacien, toutes les informations sur ce graveur.
merci Léo et Bibliomab.
https://bibliomab.wordpress.com/2008/11/23/jean-michel-papillon-illustre-graveur/
 
 
 







Voilà des livres, qu'un jour, j'aimerai bien avoir à relier ou à restaurer ou même à acquérir ....

Ils ont été numérisés dans leurs brochages d'origine sur https://archive.org/about/

On trouve, sur internet, deux tomes et, est fait mention d'un troisième qui se trouve évoqué en fin de second tome, avec une table reprenant les pages du supplément au second tome, ayant une pagination à part.
Les extraits que je donne ici, sont sur les réglements en 1766 sur les dominotiers, pour donner suite aux articles sur ces papiers décorés qu'on trouve difficilement en état.
Il existe aussi en France deux entreprises reconnues qui ont acheté les brevets aux Musées qui détenaient les originaux pour avoir le droit de reproduire et de commercialiser ces papiers avec motifs. les droits sont déposés et il n'est pas possible de les utiliser sans passer par ces autorisations.

L'atelier Poulaillon
L'atelier Antoinette Poisson.

(A Tours, l'atelier d'Offard reproduit quant à lui les papiers peints selon la tradition de cet Art au XVIII ème tout en étant dans un domaine de la décoration et le design, architecture d'intérieur plus adapté aux murs qu'aux livres. Sa technique s'est largement orienté aujourd'hui vers la technologie moderne. Je le mentionne à titre d'information, étant dans la région Centre Touraine.)


https://archive.org/details/traitehistorique01papi



https://archive.org/details/traitehistorique23papi